Merci à ma libraire V — Jibé Pontalis, Le songe de Monomotapa, 2009

Non pas un « traité », comme l’est L’amitié d’Alberoni (1984, trad. 1985), mais un salutaire récit d’amitiés.

Dans une société de psychanalystes, dit l’auteur, vous croisez l’un qui fut votre analyste, l’autre qui fut votre analysé. Chassé-croisé de transferts et de contretransferts, que l’on peut espérer fructueux.

L’omniprésent Jibé a fondé la collection L’Un et l’autre. Lire à (http://www.gallimard.fr/collections/fiche_unautre.htm) :

« J.-B. Pontalis est lui-même auteur de récits et grand amateur de littérature; a fortiori parce que, à ses yeux, « il n’y a aucune antinomie entre la littérature et la psychanalyse. Les romanciers sont simplement en avance sur les psychanalystes pour la compréhension des sentiments humains ». »

En entrevue à France culture (17mr09) : http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/jour_lendemain/fiche.php?diffusion_id=71417

Yves Lanthier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :